Rapport du programme Fact-Check Ebola mené par Congo Check en partenariat avec Facebook

0
605

Depuis la déclaration de la dixième épidémie d’Ebola dans l’est de la République démocratique du Congo, la résistance communautaire a causé la mort non seulement de plusieurs habitants des zones touchées mais aussi de certains agents de santé. Depuis le mois d’août 2018, mois au cours duquel elle a été déclarée, l’épidémie d’Ebola a causé plus de 3000 victimes dont plus de 2000 morts.

Parmi les causes de cette résistance communautaire, les nombreuses intoxications, des rumeurs et des messages de conspiration au sujet de la maladie. Ces infox circulent à la fois sur internet principalement les réseaux sociaux, aussi et surtout de bouche à l’oreille, cela sans négliger le grand lien qui existe entre ces deux modes de transmission des rumeurs.

Dans le cadre de ses missions et ses responsabilités sociales, Congo Check (media congolais spécialisé en vérification de faits ou fact-checking) a lancé, début 2019, le programme Fact-check Ebola qui jusque-là ne se limitait qu’à la production des articles de vérification de faits sur Ebola.

Le programme consiste à la lutte contre désinformation et les rumeurs liées à l’épidémie d’Ebola. Depuis août 2019, Fact-check Ebola bénéficie de l’appui de la société Facebook pour trois nouvelles activités qui sont la formation des leaders d’opinion de la région du Nord-Kivu et de l’Ituri sur les techniques de lutte contre la désinformation et les rumeurs, et plus particulièrement dans le contexte de l’épidémie d’Ebola en cours, la sensibilisation à travers la radio (qui est le média traditionnel le plus suivi de la région), et des imprimés.

Le lancement officiel de ces activités a été  marqué par une formation d’une dizaine de leaders d’opinion sur les techniques de lutte contre les intoxications et les rumeurs au sujet d’Ebola qui s’est tenu à Kinshasa en date du 07 octobre 2019.

Trouvez ci-dessous le résumé des activités de ce programme et son impact dans la lutte contre la maladie à virus Ebola dans les régions du Nord-Kivu, Sud-Kivu et l’Ituri.

Previous articleAucune preuve n’atteste la préparation d’un coup d’Etat en RCA par la France via le général Ludovic Ngaifei
Next articleFaux, le FCC ne menace pas de stopper les discussions dans la coalition suite au conflit foncier entre Ngoy Kasanji et Mokia
Fiston MAHAMBA
K. MAHAMBA WA BIONDI, connu sous le nom de plume "Fiston Mahamba Larousse" est diplômé en sciences de l'environnement et développement durable à l'Institut Supérieur de Développement Rural à Beni. Journaliste basé dans la partie Orientale de la République Démocratique depuis 2012, il s'est forgé dans l'exercice de ce métier après plusieurs formations de journalisme au Deutsche Welle Akademie, le centre de développement médias de la radiodiffusion publique Allemande. En 2018, il s'inscrit à l'École Supérieure de Journalisme de Lille pour parfaire une licence en journalisme multimédia. Ancien officier de communication au sein des Nations Unies, il poursuit un Master2 en Techniques des Métiers de l'Information à l'Université Nazi Boni (Burkina Faso) /Université Lumière Lyon (France). Son livre "Ebola: Fixers, ces boucliers non immunisés" est en cours d'édition. Journaliste et chercheur spécialisé sur la région orientale de la République Démocratique du Congo et les Grands-Lacs africains, ses études se focalisent sur les ressources naturelles, la santé, les conflits... Ses domaines de travail journalistique sont orientés vers l'environnement, le développement, l'emploi, les nouvelles technologies, l'agriculture, la politique, la culture,... qu'il couvre en écriture et images.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here