À propos

Au moment où les fausses informations foisonnent sur les réseaux sociaux, voire dans les médias conventionnels (radio, télévision, journaux) en République démocratique du Congo. Au moment où des personnalités publiques changent de discours de manière versatile, abusant de la crédulité de la population, il était temps de se munir d’un outil de vérification de faits. Projet de l’ASBL Initiative des factchekers du Congo IFC (Ayant son siège social Quartier Les Volcans 119, avenue boulevard Kanyamuhanga, GOMA/NORD KIVU (République Démocratique du Congo) Immatriculée au RCS de sous le n° F92/37.153 ), Congo Check est le premier site d’information spécialisé en factchecking en République démocratique du Congo. Lancé vers le début de l’année 2018, nous nous sommes donné pour mission de lutter contre les fausses informations devenues monnaie courante sur internet en RDC dont la plupart diffusées par des individus malintentionnées sur les réseaux sociaux et parfois par des sites internet. En plus de cet objectif initial, Congo Check s’est lancé en fin 2018 dans l’évaluation de promesses faites par des hommes politiques et d’autres dirigeants grâce à son nouveau programme dénommé ‘’Baromètre de promesses’’. Le site comporte également un répertoire qui liste les principales publications en ligne jugées fausses après les vérifications menées par l’équipe. L’objectif est de tout mettre en œuvre pour lutter contre la dissémination de la désinformation sur internet et contre l’inexactitude dans les discours de dirigeants et personnalités publiques ainsi que les fausses promesses politiciennes. Nous sommes une initiative indépendante et nous le demeurons jusqu’à présent.

Notre équipe

L’équipe de Congo Check est composée essentiellement des jeunes journalistes pour la plupart indépendants éparpillés dans plusieurs villes de la République démocratique du Congo.

 Nos activités

Nous produisons des factchecks ou articles de vérification sur des faits relayés soit par des médias, des dirigeants et autres personnalités publiques ainsi que des simples internautes. Nous assistons aussi des rédactions locales et d’autres journalistes indépendants ainsi que d’autres internautes par des séances de formations gratuites sur les stratégies de fact-checking.

 Notre politique

Pour veiller à l’indépendance de nos contenus, nous nous assurons qu’aucun membre de l’équipe n’est impliqué dans des activités politiques ou encore qu’aucun de nous n’entretienne des accointances avec un regroupement politique ou un mouvement citoyen quelconque. Nous suivons ainsi les publications de chacun de nos collaborateurs en ligne pour s’assurer qu’ils n’ont pas pris position ou ne se sont pas engagés dans une lutte politique. Cela dans l’objectif d’assurer l’indépendance de notre projet vis-à-vis des organisations politiques.

 Nos règles de rédaction et étapes de factchecking

Nous suivons un certain nombre des règles dans l’exercice de nos activités qui est celle de la publication de factchecks ou articles de vérification de faits. Les étapes sont les suivantes :
– Nos équipes font une veille sur les réseaux sociaux, mais aussi sur des médias traditionnels comme la radio et la télévision et en fin dans nos communautés, afin d’identifier chaque infox qui pourrait circuler
– Nous identifions aussi l’information que nous sommes appelés à vérifier, ceci se fait quand nous sommes tagués sur les réseaux sociaux, quand des lecteurs ou internautes nous contactent ou contactent un de nos collaborateurs ou quand c’est dans le cadre d’un partenariat.

– Nous identifions la source de l’information à vérifier pour savoir si cette dernière est fiable ou non.

– Nous répertorions les potentielles sources fiables pour confronter aux données de l’information que nous vérifions

– Nous contactons les sources jugées fiables selon le domaine dans lequel nous situons l’information.

– Nous publions les conclusions dans le factcheck. Dans celui-ci nous affirmons si l’information est vraie ou fausse.

Parmi nos règles de base, nous ne n’exprimons pas nos propres avis dans un factcheck mais nous limitons rigoureusement aux faits. Pour la transparence, nous expliquons dans nos textes, les moyens par les quels nous sommes parvenus à obtenir la vraie version de l’information. Une autre règle importante : nous ne vérifions pas (a) des contenus à caractère privées, (b) des contenus d’atteinte à l’intégrité physique des personnes, (c) des contenus d’espionnage ou de sabotage (d) tout contenu pouvant nuire aux personnes, surtout celles issues des minorités. Nous ne vérifions pas non plus des contenus n’ayant aucun lien avec les pays dans lesquels nous œuvrons, à savoir la République démocratique du Congo, la République du Congo et la République centrafricaine.

En cas d’erreur de notre part, le protocole prévu est de faire une correction. Et le signifier dans un nouvel article que nous lions avec celui où il y a l’erreur.

La vérification d’images

Conscient du rôle important que jouent les images dans la diffusion de fausses informations en ligne, nous y accordons un très grand intérêt. La vérification d’images constitue une part considérable de notre travail. Nous utilisons des outils simples et disponibles pour ce faire. Ci-dessous une brève liste d’outils que nous utilisons:

-Google image

-Search by image

– Invid

– TinEye

  Nos sources

Nous veillons à diversifier nos sources mais le plus important pour nous est que la source soit fiable et qu’elle ait des preuves de connaissances dans le domaine de l’information à vérifier. Nous contactons ainsi des sources gouvernementales, des organisations non gouvernementales spécialisées et des experts indépendants pour apporter de la lumière aux sujets que nous vérifions.

  Notre financement

Nous évoluons dès le départ grâce à nos propres moyens à travers des cotisations de certains membres. Cotisations ponctuelles et volontaires. Nous bénéficions également de l’accompagnement technique d’Africa Check (une organisation de fact-checking) qui nous assiste par des séries de mise à niveau et de partage d’expériences via des forums de formation. En octobre 2018, le Shuttleworth Grant de 5000 dollars américains nous avait permis de lancer l’application mobile et de redéfinir le site internet mais aussi de lancer le baromètre des promesses. En 2019, Facebook a financé trois activités de Congo Check dans un programme de Factcheck Ebola. Facebook avait payé pour les formations et pour la publication des visuels. Aucun salaire n’était perçu.

En 2020, Congo Check a été financé par 4 principales sources :
1. Les cotisations des membres fondateurs
2. Le partenariat avec Facebook, dans le programme de tierce partie de vérification des faits
3. Des partenariats de formation et/ou de production de contenu de vérification des faits avec l’ONG Internews.
4. Une prime de 10 000 euros, reçue de l’organisation internationale de la Francophonie, après que Congo Check avait remporté le Premier Prix francophone de l’innovation dans les médias.

Congo Check remporté la 5eme édition du prix francophone de l’innovation dans les médias en novembre 2020 d’un montant de 10.000 euros.

Total des dépenses exercice 2020 :

254 320 dollars américains :

Pourcentage de notre budget consacré aux outils et rédaction : 40%

Pourcentage de votre budget consacré ressources humaines et locaux : 30%

Pourcentage de notre budget consacré à la communication : 10%

Pourcentage de votre budget consacré à la formation : 20%

Sources de revenu pour 2020

Fact-checking avec Facebook : 223 720 (87%)
Formations et services rendus : 14500 + 4500 (5,7%)
Premier prix francophone de l’innovation : 11 600 (4,6%)

Depuis avril 2020, Congo Check fait partie du programme « Third party Program » de Facebook. Avec la responsabilités en République démocratique du Congo et en République centrafricaine.