Ces photos montrent des ougandaises formées pour se protéger des viols et kidnapping, et non des élèves rwandais

0
261

Malgré notre démenti dans cet article : la rumeur est revenue. Ces photos où on voit des écolier manipuler des armes datent de 2017. Cela c’était passé à Mbarara, dans une école scientifique qui ne reçoit que des filles. En tout 545 filles avaient été formées sur comment se défendre en cas de tentative de viol, de kidnapping ou de meurtre. Elles avaient aussi été initiées au montage et démontage d’une arme à feu. C’était dans le cadre d’un programme national d’éducation au patriotisme.

Ces images n’ont donc rien à voir avec le Rwanda et ne sont pas liées à l’actualité Congolaise. Voici notre premier article sur la question.

Cette photo de 2017 montre des lycéennes ougandaise formées pour se protéger contre le viol et le kidnapping

Nous vous proposons aussi la version française du média Chimpreport. Article datant du 07 décembre 2017. Pour que vous compreniez l’histoire derrière ces photos.

Mbarara: 500 écolières reçoivent des conseils de prévention du viol et des compétences en matière d’utilisation d’armes à feu

Gabriel Ahimbisibwe, responsable de l’éducation du district de Mbarara, a exhorté les filles du district à rejoindre des clubs de patriotisme et à acquérir des compétences qui les protégeront contre les agressions sexuelles, les enlèvements et même les meurtres. Ahimbisibwe, s’exprimant lors de la sortie de plus de 500 écolières qui ont suivi un cours de patriotisme, a déclaré que de telles compétences d’autodéfense sont essentielles non seulement pour protéger la vie des jeunes filles, mais aussi pour les garder à l’école. Au total, 545 élèves des classes de S.1, 2, 3 et 5 de l’école secondaire pour filles de Kashaka ont suivi le cours de formation et se sont évanouies mercredi.

Dans ses remarques, le DEO a souligné que l’un des plus grands défis auxquels le district est toujours confronté est le décrochage scolaire, qu’il a en partie attribué aux malheurs liés au sexe dont souffrent les filles qui vont à l’école à un jeune âge. Le taux d’abandon scolaire à Mbarara selon le DEO s’élève actuellement à 62%, ce qui est bien au-dessus du taux moyen national de 47%. Il a noté que de telles formations sur le patriotisme contribueraient grandement à relever ces défis. En plus des compétences d’autodéfense, les écolières ont été exposées à des compétences en matière d’utilisation des armes à feu, notamment l’assemblage et le dépouillement des armes à feu, l’histoire complète de l’Ouganda, Vision 2040, la discipline et les méthodes de travail, le patriotisme pour l’édification de la nation et la transformation socio-économique, l’éducation sur les ressources naturelles et son impact sur la politique et la conservation, les activités patriotiques de routine dans les écoles et leur problème d’identité,  le constitutionnalisme, la littératie financière et les compétences en matière de développement personnel, le rôle des médias et des TIC dans le développement, les questions de sécurité, les symboles nationaux ougandais et la gouvernance démocratique.

Lors de l’événement, martha Asiimwe, capitaine de Mbarara RDC, a observé que le délai du cours était trop court et que les étudiants n’avaient jamais tenté de tirer sur cible, ce qui est la clé de la formation. « Je sais que le temps a été court et que vous avez bien fait de saisir tout cela à l’entraînement, mais sans tirer, ce n’est pas un cours; nous organiserons une autre journée pour vous », a déclaré le CDR. Le secrétaire adjoint au patriotisme du bureau du président Moubarak Magomu s’en est toutefois écarté, affirmant que le tir à la cible selon la constitution est destiné aux personnes âgées de plus de 18 ans. « J’ai entendu le CDR parler de fusillade, mais vous avez tous moins de 18 ans et la loi ne peut pas nous permettre à moins que les parlementaires ne l’amendent », a-t-il déclaré.

La formation a été dispensée sous l’égide du Secrétariat national des clubs de patriotisme (CPNS); une initiative présidentielle lancée par le président Museveni en 2009 pour « produire une nouvelle race de population éclairée engagée et dévouée aux causes nationales, et avoir l’amour pour le pays ». Magomu a ajouté que la formation est conforme au mandat du gouvernement dʼinculquer les valeurs et les normes du patriotisme à tous les étudiants et jeunes de l’Ouganda par le biais d’études sur le patriotisme. « Nous voulons attirer votre attention sur le fait qu’il s’agit dʼun programme destiné à tous les élèves et enseignants des établissements post-primaires, quel que soit leur statut tel qu’il est inscrit dans notre constitution… L’article 17 précise clairement qu’il est du devoir de tout citoyen valide de ce pays de suivre une formation militaire », a-t-il souligné. La cérémonie s’est terminée par le défilé apparié, le dépouillement des armes à feu et les certificats gratifiants pour les étudiants qui ont terminé leur cours de patriotisme de 1 semaine.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here