Vrai, la coopérative minière Buuma poursuit en justice l’Église Catholique dans une affaire de Diamant

0
55

Une publication affirmant que la coopérative minière Buuma, COMIBU, avait porté plainte contre l’église catholique pour insolvabilité d’un montant circule sur le réseau social Facebook. En commentaires, plusieurs internautes n’y croient pas. Les vérifications de Congo Check prouvent que l’information est vraie. La COMIBU avait déposé plainte contre l’Église Catholique au sujet d’un diamant.

 « La coopérative minière Buuma (Comibu) du Nord-Kivu accuse l’église catholique à travers le diocèse de Goma d’insolvabilité d’un montant de 2,7 millions USD, valeur estimée d’un diamant fourni à l’église en 2017. Ceux qui veulent s’ériger en donneur de leçons sont dans des combines et de l’escroquerie. Largement pathétique. Stanys B », peut-on lire sur le compte Honoré Mvula.

Parcourant plusieurs centaines de commentaires sur cette publication, nous avons constaté que plusieurs internautes n’ont pas cru à l’information. Certains se sont même attaqués aux auteurs de la publication. C’est le cas de Ilmas Mathé.

« Tu veux discréditer l’Église catholique parce qu’elle ne marche pas avec Monsieur Félix Tshisekedi ? Ne viens pas démentir après, nous t’avons à l’œil », prévient l’internaute.

« Cette information, surtout façon elle est annoncée par le dit honorable, porte atteinte à l’honneur de l’église catholique et l’expose au mépris public. C’est de la diffamation, Honorable, ce que vous faites. Cf. Art 74 Code pénal Congolais livre II », commente pour sa part Peniel Katombe.

La coopérative minière COMIBU avait déposé plainte contre l’Église Catholique

Nous avons contacté Nguo Balimwabo Ezekiel, DG de la coopérative, celui-ci nous a confirmé que son association avait déposé plainte contre l’église catholique.

« Nous avions déposé une plainte contre la sœur, ils ont tous les documents. Nous avons ensuite déposé une autre plainte contre l’église catholique. D’ailleurs la sœur avait été condamnée de servitude pénale pendant deux fois. D’abord par le tribunal de grande instance de Goma et ensuite au tribunal de paix. Elle avait été condamnée à 3 ans de prison et le paiement de cet argent. Quand l’église s’est ingérée dans le dossier pour la faire évacuer. La sœur avait déclaré que le diamant était dans le coffre-fort mais quand nous l’avons ouvert ici à Goma, il n’y avait rien. Nous avons déposé la plainte au tribunal de grande instance, comme le jugement n’était pas bien jugé, nous avions interjeté appel à cour d’appel de Goma. », explique le directeur général de la COMIBU.

Contacté, Me Dunia Ruyenzi, l’un des avocats de l’église catholique du Diocèse de Goma, affirme qu’une plainte avait été déposée contre l’Église mais était émaillée d’irrégularités.

« Le TGI a déjà rendu son arrêt et nulle part où le diocèse de Goma est impliqué dans ce dossier. C’est une affaire de Bunia, il s’agit d’une affaire imaginaire qui n’engage en rien le Diocèse. La COMIBU pourrait réclamer aux Diocèse de BUNIA de l’ex religieuse mais il semble qu’elle avait déjà quitté le couvent mais aussi les minerais de bornes laissées par les européens sont souvent imaginaires, des affabulations. », répond à Congo Check le Bâtonnier Dunia Ruyenzi.

Un mémorandum de l’argent reçu par la province du Nord-Kivu

Congo Check a contacté le service courrier du gouvernement provincial du Nord-Kivu pour savoir si le mémorandum en vue du recouvrement de l’argent pour les minerais livrés à l’église Catholique avait été reçu. Le service nous l’a confirmé disant que le dossier n’a tout de même pas été encore traité. 

« Je viens de vérifier. La lettre est bel et bien arrivée au gouvernorat par ce que je viens d’en retrouver la trace. Mais elle n’a pas encore été traitée jusqu’à présent. C’est tout ce que je peux vous dire. », confi-t-il.

« Le tribunal de grande instance de Goma y séant et siégeant en matière civile au premier degré a rendu le jugement RC 19 903 dont la teneur suit : le ministère public entendu en son avis reçoit l’exception de la mauvaise direction telle que soulevée par la défense du diocèse de Goma et la déclare fondée. En conséquence, décrété l’irréversibilité de la présente action mue par la coopérative minière COMIBU », lit-on dans le jugement rendu public à ce sujet.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here