Partiellement faux: l’informaticien jordanien travaillant avec les ADF n’était pas arrêté à Kasindi

0
283


Une publication Facebook de l’internaute Victoire Muliwavyo publiée en septembre dernier, affirme que « un jordanien chargé de la formation des ADF en manipulation des drones était arrêté à Kasindi ». Méfiez-vous, cette information est partiellement fausse.
Le sujet jourdanien Abou Omar, de son vrai nom Hytan S.A. AFTAR, était plutôt capturé par les éléments FARDC près du village de Kilya.


L’infox, ayant généré 73 mentions j’aime était gobée par les internautes. Dans le lot de 16 commentaires, deux internautes ont même pensé que ce sujet jourdanien était « un envoyé spécial de l’ONU », dans cette partie du territoire de Beni.

Pour chercher à détruire cette infox, Congo check a contacté l’armée congolaise et même un journaliste d’investigation basé dans l’est de la RDC, ces deux sources sont revenues sur le contexte d’arrestation de monsieur Abou Omar tout en précisant l’endroit où il était capturé.
L’armée dément en premier cette information et précise que le jordanien était arrêté à 100 mètres du village de Kilya, sur la route Beni-Kasindi : 
« C’est faux, le monsieur a été arrêté à 100 mètres de Kilya. Il venait de la brousse, il s’apprêtait avec sa valise de prendre une moto, aller à Kasindi pour traverser la frontière », explique le capitaine Anthony Mualushayi, porte-parole des opérations Sokola 1.
Même réaction côté responsable du journal les coulisses, qui avait écrit un article sur l’arrestation de ce sujet jourdanien, informaticien des ADF : « Il était arrêté à Kilya, vers la petite forêt avant d’arriver à la rivière Semuliki. Il était informaticien spécialisé dans les drones », répond à Congo check Nicaise Kil Bele, journaliste d’investigation et responsable du journal les coulisses.
Après son séjour à Mwalika, Abou Omar, a été arrêté le 17 septembre. Ce, après une opération des FARDC visant à neutraliser un Al Qai’da repéré non loin de la rivière Semuliki. Il est détenu à Kinshasa par les services de sécurité.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here