Partiellement faux : Jacky Ndala est condamné à 2 ans de prison et non 3

0
48

Alors que le procès de Jacky Ndala, président de la ligue des jeunes du parti Ensemble pour la République était encore en cours au parquet général de Kinshasa-Matete, plusieurs internautes se sont empressés d’affirmer que ce cadre du parti de Moïse Katumbi est condamné à 3 ans de prison ferme. Non, il a plutôt été condamné à 2 années de prison.

« Jacky Ndala condamné à 3 ans de prison », a notamment publié Jean-Pierre Kayembe. Une publication qui a généré plus de 970 mentions j’aime, partagée plus de 80 fois et commentée par des milliers des internautes sur Facebook.

JACKY NDALA CONDAMNÉ À 3 ANS DE PRISON

Publiée par Kinshasa-Makambo.Com sur Mardi 20 juillet 2021

Des internautes y ont cru, d’autres ont détecté l’infox

En parcourant les commentaires, on se rend compte que la plupart des internautes ont cru en cette nouvelle pendant que d’autres ont détecté l’infox et ont appelé l’auteur à revenir à la raison.

« Celui qui sème le vent, récolte la tempête, pour moi ce monsieur mérite plus de 10 ans de prison », commente Roger Bwe.

« À cause de ses propos, il le mérite. Bravo à notre Justice. Chacun est libre de réfléchir mais personne n’a droit à menacer les autres », a aussi argumenté Mputu Malolo en commentaire.

« Non, c’est deux ans »,  martèle un autre internaute.

2 ans de prison, après un réquisitoire de 30 mois

Les vérifications menées par Congo Check, démontrent que le ministère public avait plutôt requis 30 mois de servitude pénale contre Jacky Ndala, mais le Tribunal de Paix de Kinkole, en a retenu 24 sans son jugement.

Jugé en flagrance pour provocation directe de désobéir aux lois, ce proche de l’ancien gouverneur du Katanga, est également sommé de payé une amande de 500.000 Francs Congolais.

« Le Tribunal de Paix de Kinkole vient de condamner ce soir Jacky Ndala à 24 mois de prison ferme et au paiement de la somme de 500.000 FC d’amende, avec arrestation immédiate, pour incitation à la désobéissance civile. Il a droit de faire appel contre cette décision », a rapporté Georges Kapiamba, coordonnateur de l’Association congolaise d’accès à la justice (ACAJ).

La peine de Jacky Ndala était entre 3 mois et 3 ans, et a été poursuivi suite une adresse qu’il a tenue à l’intention des militants du parti Ensemble pour la République, les appelant à envahir le palais du peuple pour protester contre la loi de l’ex candidat président de la République Noël Tshiani, déposée à l’assemblée nationale par le député Nsingi Pululu.

Cette loi prône le verrouillage des postes qui relèvent de la souveraineté du pays dont la présidence. Seuls les congolais de père et de mère, devraient été autorisés à accéder à ce poste. Les Katumbistes considèrent que c’est leur leader, Moïse Katumbi, qui est visé, suite à ses origines étrangères.

Pour rappel, Jacky Ndala a été interpellé le dimanche 18 juillet dernier par les services de renseignements avant d’être remis au parquet général, qui l’a ensuite transféré au Tribunal de Paix de Monkole, son juge naturel.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here