Faux, la parcelle de Kingabwa où la Police a démantelé un groupe d’inciviques n’appartient pas à Olive Lembe

0
2522

Une publication devenue virale, affirme que la parcelle dans laquelle « un groupe d’inciviques» a été arrêté par la police le mercredi dans la commune de Limete à Kinshasa appartient à Olive Lembe. Attention, il s’agit d’une infox.

«URGENT : ON vient d’apprendre que JEAN MARC KABUND en tant que LEADER de KINGABWA qui a informé au chef de l’Etat FELIX que la parcelle là où s’organise la formation militaire des miliciens armée appartient à OLIVE KABILA. C’est pour cela que le président FELIX a envoyé le général KASONGO pour déloger donc après YVETTE KIMBUTA, bientôt l’arrestation d’OLIVE KABILA pour avoir permis la formation militaire d’une milice dans sa parcelle! », affirme la publication qui cite l’émission Club 50 de la chaine de télévision Télé 50 pour source. Ce post de la page Facebook Vérité Agogo a généré plus de 1000 impressions dont 911 partages à moins de 24 heures de sa mise en ligne.

🛑🛑🇨🇩 URGENT : ON vient d apprendre que JEAN MARK KABUND en tant que LEADER de KINGABWA qui a informer au chef de l état…

Publiée par Vérité Agogo sur Samedi 29 août 2020

«Olive Lembe n’a pas de propriété à Kingabwa»

Dans le cadre de ses vérifications, Congo Check a contacté Angèle Kanam, collaboratrice et conseillère en communication de Marie Olive Lembe, elle explique que l’épouse de l’ex-président de la RDC n’a pas de propriété parcellaire à Kingabwa.

« Nous n’avons pas de parcelle là-bas. Vous pouvez même demander aux services de cadastre, ils vont l’affirmer », a-t-elle démenti.

Par ailleurs, le 1er vice-président de l’Assemblée Nationale « déchu », cité dans la publication n’a pas non plus informé le chef de l’État que la parcelle était une propriété de Marie Olive Lembe.

C’est Patrick Yala, conseiller de Kabund et cadre de l’UDPS, qui l’affirme à Congo Check sans donner beaucoup de détails. D’après ce dernier, c’est l’UDPS, et en particulier Jean-Marc Kabund qui ont donné l’alerte aux services de sécurité sur la présence des personnes qui se font appelées « gardiens de la paix ».

Le mercredi 26 août dernier, le commissariat provincial de la Police Nationale Congolaise à Kinshasa, communique sur le démantèlement « d’un groupe d’inciviques » au quartier Kingabwa, dans la commune de Limete, ainsi que l’arrestation de 23 personnes parmi les membres de cette bande. Selon plusieurs sources concordantes, ces personnes organisaient des formations assimilées aux formations militaires avant d’être arrêtées.

«Le commissariat provincial de la police nationale congolaise porte à la connaissance de la population kinoise qu’il a démantelé, le mercredi 26 aout…, un groupe d’inciviques, au quartier Kingabwa, dans la commune de Limete, dont 23 ont été arrêtées.», renseignait le communiqué de la police datant du 27 août.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here