Attention, la destruction du QG du groupe armé Buhirwa (Sud-Kivu) n’est pas une résultante de l’État de siège

0
76

Pourtant quelques publications, sur Facebook, affirment que la destruction par l’armée du quartier général des miliciens Buhirwa, dans la plaine de la Ruzizi est fruit de l’état de siège.

Attention, il s’agit d’un contexte manquant. En vrai, l’état de siège n’a été décrété qu’au Nord-Kivu et en Ituri. La province du Sud-Kivu n’est pas concernée. Il est donc évident que les mérites de l’armée dans cette province ne peuvent pas être associée à la mesure là.

« État de siège : les FARDC ont detruit un quartier général des rebelles à Burhiba, plusieurs rebelles capturés. » écrit Lisette Lisa Mongendu sur son mur.

État de Siège : Les FARDC ont détruis un quartier général des rebelles a #Buhirwa , plusieurs Rebelles capturés

Posted by Lisette Lisa Mongendu on Friday, May 21, 2021

La publication obtient 53 commentaires, est aimée par 569 fois et partagée 58 fois.

La même publication est aussi sur le mur de Dani Ngila.

État de Siège : Les FARDC ont détruis un quartier général des rebelles a #Buhirwa,plusieurs R capturés

Posted by Ngila Dani on Friday, May 21, 2021

Pourquoi c’est faux : la province n’est pas en état de siège

Le quartier général de Buhirwa était situé dans la plaine de la Ruzizi dans la province du Sud-Kivu plus précisément à Luberizi. La province est non concernée par l’État de siège proclamé par le chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi.

Voici l’explication qu’avait donné le chef de l’État sur le fait que le Sud-Kivu ne soit pas concerné : « … la nature du conflit au Sud-Kivu est différente de celle de l’Ituri et du Nord-Kivu. Dans ce deux dernières donc Nord-Kivu et Ituri, il y a des groupes armés qui s’attaquent aux populations et sont ce sont parfois même des groupes armés étrangers. Tandis que du côté du Sud-Kivu, ce sont des conflits communautaires et donc la réponse doit être différente, là on ne doit pas venir avec l’armée pour tirer sur tout ce qui bouge, on doit plus avoir une approche réconciliant. », avait indiqué le président Félix Tshisekedi dans son interview avec la radio Top Congo.

Les Forces armées de la RDC démentent aussi

L’armée et la société civile reconnaissent la destruction du quartier général de ce groupe armé dénommé Buhirwa mais pas dans le cadre de l’État de siège.

« Les éléments du 314 bataillon spécial ont détruit le quartier général du groupe armé Buhirwa le jeudi 20 mai dans la partie Ouest de Luberizi dans la plaine de la Ruzizi. Le bilan de cette opération effectuée par les FARDC fait état de deux combattants neutralisés, cinq capturés dont deux femmes qui assuraient le ravitaillement en nourriture et matériel ces hors la loi. » déclare le capitaine Dieudonné Kasereka

« Non, ce n’est pas dans l’angle de l’État de siège. L’état de siège n’est pas encore ici. Ces gens on devrait les traquer seulement. » répond brièvement le capitaine Dieudonné Kasereka porte-parole de l’opération Sukola 2, Sud Sud-Kivu.

La société civile axe Uvira-Fizi partage la même réponse de l’armée

« Les FARDC ont détruit le quartier général du groupe armé Buhirwa dans la plaine de la Ruzizi, un groupe armé auteur de plusieurs kidnappings. Mais il est important de signaler que ce n’est pas dans le cadre de l’État de siège parce que l’état de siège n’a pas été décrété au Sud-Kivu plus précisément à Luberizi là où leur quartier général a été détruit. Ici nous ne sommes pas dans un état de siège. » explique André Byadunia coordonnateur de la Nouvelle société civile congolaise axe Uvira-Fizi.

En République démocratique du Congo, le président Félix Antoine Tshisekedi avait décrété l’état de siège dans deux provinces notamment Le Nord-Kivu et l’Ituri. Deux gouverneurs militaires, tous deux des lieutenants généraux dirigent ces deux provinces depuis le 4 mars.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here