Attention à ce discours faussement attribué à Moïse Katumbi sur la désignation de Denis Kadima comme président de la CENI

0
205


Le président congolais a annoncé le 22 octobre avoir décidé de confirmer le choix controversé de Denis Kadima au poste de président de la stratégique commission électorale, malgré l’opposition de l’épiscopat et plusieurs partis politiques de l’opposition dont Ensemble pour la république de Moïse Katumbi. Sur la page Facebook « Top Informations », une publication soutien que le leader d’Ensemble a tenu un discours dans lequel il met en garde le Chef de l’État sur cette nomination tout en indiquant que cette dernière vise à le placer de nouveau au pouvoir lors des prochaines élections. D’après ce post, Moïse Katumbi aurait traîter ouvertement Kadima de malhonnête. Méfiez-vous. Cette déclaration est faussement attribuée à Moïse.
« Moïse Katumbi met en garde Tshilombo et demande à Félix d’écarter immédiatement Dénis Kadima à la tête de la CENI, car Kadima a une mission de nommer Félix pour la deuxième fois comme Président en 2023. Cette attitude de se maintenir au pouvoir par fraude met gravement en péril la cohésion nationale et notre peuple va te chasser si tu continues comme ça », note faussement cette publication.

🛑 🇨🇩 Désignation KADIMA à la CENI ! EN RÉACTION MOÏSE KATUMBI met en garde TSHILOMBO et demande à Tshilombo d'écarter…

Publiée par Top Informations sur Jeudi 21 octobre 2021



« Tu as eu le pouvoir grâce à notre combat, on t’a aidé à chasser le FCC. Alors que nous approchons de prochaines élections, tu appliques les mêmes méthodes dénoncées hier pour nous imposer Kadima, un homme malhonnête. Hier vous avez rejeter Malonda à cause d’une première liste non consensuelle, nul ne peut envisager un seul instant qu’aujourd’hui vous puissiez avaliser le travail partisan d’un monsieur comme Kadima qui est là juste pour voler la deuxième fois aux élections de 2023 alors que tu te dis démocrate », ajoute cette publication.
L’infox, date du 21 octobre. Elle a été publiée au lendemain de la réaction de Moïse Katumbi sur l’entérinément de Denis Kadima, contenue dans une lettre adressé à Félix Tshisekedi. Sans surprise, plusieurs internautes ont douté de la véracité de cette information, c’est le cas de Roger Mutombo : « Dommage pour Top Informations, il n’y a personne pour croire à tes inventions, tu n’es ni Secrétaire de Katumbi ni son proche collaborateur, à quelle heure partagez vous ces idées ? »
Pourquoi cela est faux ?
D’abord les proches de Katumbi dont Abel Amundala, son conseiller en charge de la jeunesse démentent cette information : « c’est très faux, le président Moïse n’a pas dit ça », répond t-il laconiquement à Congo check.
Congo check a aussi parcouru les médias nationaux et internationaux traitant de l’actualité congolaise notamment RFI et ACTUALITÉ.CD sans trouver une déclaration dans ce sens.
Le président d’Ensemble pour la république, Moïse Katumbi avait plutôt écrit au Chef de l’Etat Félix Tshisekedi pour lui demander de rejeter la liste des membres de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) entérinée par l’Assemblée nationale.
« En nous rassurant hier dans vos discours que vous ne laisseriez aucun engagement politique de quelque nature que ce soit primer sur l’intérêt supérieur du peuple congolais et en nous assurant que vous ne ménageriez aucun effort pour préserver la paix et l’unité nationale, vous me donnez aujourd’hui l’occasion de vous demander de rejeter purement et simplement la liste entérinée par l’Assemblée Nationale », avait-t-il dit dans sa correspondance du 18 octobre dernier.
Katumbi a aussi rappelé au Chef de l’Etat qu’il avait rejeté en juillet 2020 faute de consensus, la candidature de Ronsard Malonda désigné à la tête de la CENI.
« Hier, vous avez rejeté une première fois et à juste titre une première liste non consensuelle. Nul ne peut envisager un seul instant qu’aujourd’hui vous puissiez avaliser le travail partisan d’une commission paritaire contestée au risque de jeter sur la CENI un tel voile de suspicion qu’il lui sera impossible d’accomplir sa mission d’organiser, en toute indépendance, neutralité et impartialité des scrutins libres, démocratiques, transparents et inclusifs. Là où l’Assemblée Nationale a échoué, il vous revient de forger cet indispensable consensus, seule voie à même de garantir un cycle électoral apaisé».
Katumbi déplore par contre la reprise des mêmes méthodes utilisées par l’ancien régime pour contrôler la CENI et se maintenir au pouvoir.
« Alors que nous nous approchons des prochaines échéances électorales, les mêmes méthodes dénoncées hier pour imposer à la tête de la CENI un homme politique controversé ont repris. La contestation a gagné les institutions. Démonstration est faite qu’une poignée de compatriotes outrepassent les textes de loi pour assurer leur maintien au pouvoir. Leur attitude met gravement en péril la cohésion nationale », écrit Moïse Katumbi au Chef de l’Etat.

L’Assemblée nationale avait entériné samedi dernier 12 membres de la CENI sur les 13 postes que compte cette institution. L’opposition qui a dénoncé un processus irrégulier et entaché de tricherie n’a pas envoyé ses délégués. Le parti de Moïse Katumbi a dénoncé un cafouillage orchestré par le bureau de l’Assemblée nationale. Ensemble pour la République a indiqué qu’il va réévaluer sa participation au sein de l’Union sacrée.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here