Vrai, la RCA a introduit le bitcoin comme monnaie officielle

0
83

Depuis l’annonce par les médias de l’introduction de la cryptomonnaie en tant que monnaie officielle en République Centrafricaine, plusieurs internautes doutent de cette information. Pour les uns, cette démarche n’est pas envisageable vue la faible pénétration de la téléphonie mobile et d’internet dans le pays. Les autres pensent qu’une vague d’arnaques se profile à l’horizon suite à un manque de maîtrise de ce procédé par les centrafricains. Congo Check revient sur les éléments factuels en vue de rompre le doute émis par ces internautes.

« Avant de prendre une telle décision aussi capitale qui engage la vie de toute une nation je suppose que les autorités centrafricaines ont bien fait tout le contours de cette monnaie qui est virtuelle il faut une connexion à haut débit et surtout cette monnaie a des conditions très rigoureuses avant de l’acquérir sinon je loue le courage des autorités centrafricaines qui ont le souci et la vision de propulser leur pays vers un avenir meilleur » commente un internaute sur le post de la BBC. « Il est vrai que c’est une décision courageuse. Mais il y a des craintes. La population centrafricaine est elle déjà prête pour cette monnaie virtuelle ? Les premiers pays l’ayant adopté s’en sortent-ils ? Toute décision allant dans le sens de la politique monétaire nécessite une très longue réflexion. Je doute fort que ça soit un très bonne décision vu la situation actuelle de l’économie mondiale. Pour ma part, je ne suis pas encore prêt l’usage de cette monnaie et le moment ne s’y prête pas encore » renchérit Baudelaire Atchou.

Plusieurs sources officielles confirment l’adoption du bitcoin en RCA

Dans une lettre datée du 29 avril, la Banque des États de l’Afrique Centrale a écrit au ministre des finances et du budget de la République Centrafricaine, à propos de l’adoption par le parlement et de la la promulgation par le président centrafricain de la loi régissant la cryptomonnaie en RCA. « Jai été informé, en même temps que le grand public, de l’adoption par le parlement centrafricain de la loi mentionnée en objet qui a été signée le 22 avril 2022 et promulguée par le président de la République Centrafricaine » note Abas Mahamat Tolli, gouverneur de la Banque des États de l’Afrique Centrale.

La lettre poursuit indiquant que la convention régissant l’Union Monétaire de l’Afrique Centrale dispose à son article 6, que « l’unité monétaire légale des États membres de l’union est le Franc CFA ». Le document précise que la loi Centrafricaine régissant la cryptomonnaie a un impact négatif substantiel sur cette règle fondamentale de l’Union Monétaire de l’Afrique Centrale, en ce qu’elle consacre la cryptomonnaie comme une monnaie officielle, destinée à dénouer les transactions économiques.

Le manque d’éléments l’éclaircissement sur cette question serait un grand déficit informationnel pour les habitants de la République Centrafricaine. Comme remarqué dans l’échantillon des commentaires exposés ci-haut, plusieurs personnes risquent de se croire devant de l’arnaque lorsque des transactions en cryptomonnaie leur seraient proposées. Aussi, il est important de rendre publique l’information sur l’adoption et la promulgation de la loi sur la cryptomonnaie pour que les futurs utilisateurs de cette monnaie en RCA demandent des comptes aux autorités sur leur implication dans la mise en oeuvre des gardes-fous afin d’éviter les dérives.

Vous pouvez accéder à la loi régissant le bitcoin en République Centrafricaine via le lien ci-dessous:

Previous articleL’économie malienne se réoriente face aux sanctions et aux défauts de paiement (par RFI)
Next articleDes photos d’actrices porno utilisées pour appater des internautes sur Facebook
K. MAHAMBA WA BIONDI, connu sous le nom de plume "Fiston Mahamba Larousse" est diplômé en sciences de l'environnement et développement durable à l'Institut Supérieur de Développement Rural à Beni. Journaliste basé dans la partie Orientale de la République Démocratique depuis 2012, il s'est forgé dans l'exercice de ce métier après plusieurs formations de journalisme au Deutsche Welle Akademie, le centre de développement médias de la radiodiffusion publique Allemande. En 2018, il s'inscrit à l'École Supérieure de Journalisme de Lille pour parfaire une licence en journalisme multimédia. Ancien officier de communication au sein des Nations Unies, il poursuit un Master2 en Techniques des Métiers de l'Information à l'Université Nazi Boni (Burkina Faso) /Université Lumière Lyon (France). Son livre "Ebola: Fixers, ces boucliers non immunisés" est en cours d'édition. Journaliste et chercheur spécialisé sur la région orientale de la République Démocratique du Congo et les Grands-Lacs africains, ses études se focalisent sur les ressources naturelles, la santé, les conflits... Ses domaines de travail journalistique sont orientés vers l'environnement, le développement, l'emploi, les nouvelles technologies, l'agriculture, la politique, la culture,... qu'il couvre en écriture et images.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here