L’invention d’Ebanga et la disponibilité des vaccins n’exclut pas la prévention

0
113

Fin avril 2022, la République Démocratique du Congo a notifié un nouveau cas de la maladie à virus Ebola, faisant de cet épisode, la quatorzième épidémie de cette fièvre dans ce pays. Depuis, des internautes lancent des messages appelant à moins d’inquiétudes car la maladie est désormais curable. Pourtant, les données scientifiques prouvent que ces inventions ne suppriment pas la dangerosité d’Ebola. Il est donc important que les gestes barrières soient de strict application en vue d’empêcher les
contaminations et la propagation du virus.

Le lot des traitements n’empêche pas la contagion

L’essentiel de commentaires sous les publications annonçant la résurgence de cette fièvre hémorragique, qui a fait 4 morts, le total de cas diagnostiqués positifs minimisent le risque de cette maladie. Ces internautes se fient sur les récentes avancées en termes de traitements mis en vente comme source de leur motivation à ne pas craindre cette maladie. Il s’agit notamment de la molécule monoclonal Ebanga, approuvé par la Food and Drug Administration, autorité de régulation sanitaire et biologique des États-Unis. Ce médicament a été mis au point sur base des recherches du chercheur congolais Jean-Jacques Muyembe Tamfum, spécialiste de la maladie à virus Ebola.

Cyprien Mubiala,survivant de l' épidémie Ebola de Kikwit en 1995,c'est grâce à son sang qu' on a découvert l un des vaccins contre Ebola et le médicament "ebanga "par le professeur Muyembe Tamfum

Posted by Rufin Kibari on Thursday, April 28, 2022

Les conséquences d’un appel à la basse de garde

Appeler les populations à ne pas observer les mesures d’hygiène durant une épidémie est une pratique dangereuse, qui met en péril les vies humaines. Il y a quelques jours, des experts sanitaires ont exprimé leur crainte face à la viralité de la souche d’Ebola, qui sévit dans la zone de santé de Wangata en Équateur. Sur le terrain, leur crainte peut être confirmée: toutes les personnes atteintes sont décédées malgré les efforts consentis par les équipes de riposte et la disponibilité de tous les traitements. Durant les épidémies, la méthode préventive a toujours été l’un des piliers mis en avant afin de limiter des dégâts dans la société.

Previous articleCes vidéos ne montrent pas une cérémonie de baptême dans une église d’Afrique
Next articleAttention, cette photo ne montre pas le vrai père de Robinion Mundibu
K. MAHAMBA WA BIONDI, connu sous le nom de plume "Fiston Mahamba Larousse" est diplômé en sciences de l'environnement et développement durable à l'Institut Supérieur de Développement Rural à Beni. Journaliste basé dans la partie Orientale de la République Démocratique depuis 2012, il s'est forgé dans l'exercice de ce métier après plusieurs formations de journalisme au Deutsche Welle Akademie, le centre de développement médias de la radiodiffusion publique Allemande. En 2018, il s'inscrit à l'École Supérieure de Journalisme de Lille pour parfaire une licence en journalisme multimédia. Ancien officier de communication au sein des Nations Unies, il poursuit un Master2 en Techniques des Métiers de l'Information à l'Université Nazi Boni (Burkina Faso) /Université Lumière Lyon (France). Son livre "Ebola: Fixers, ces boucliers non immunisés" est en cours d'édition. Journaliste et chercheur spécialisé sur la région orientale de la République Démocratique du Congo et les Grands-Lacs africains, ses études se focalisent sur les ressources naturelles, la santé, les conflits... Ses domaines de travail journalistique sont orientés vers l'environnement, le développement, l'emploi, les nouvelles technologies, l'agriculture, la politique, la culture,... qu'il couvre en écriture et images.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here