Burkina-Faso: le général Gilbert Dienderé ne s’est pas suicidé en prison

0
227

Dans une publication faite le 28 juillet sur sa page Facebook, T News Net affirme que Gilbert Dienderé s’est suicidé en prison. Pourtant les sources proches de cet officier confirment que ce dernier purge sa peine et Congo Check n’a pas recensé cette nouvelle dans les autres médias crédibles du pays des hommes intègres.

GILBERT DIENDERE COMMITS SUICIDE IN BURKINA-FASSOFormer Army Chief of Staff of Blaise Compaoré suspected to be the…

Posted by T. Net News on Thursday, July 28, 2022

Cette information a été aussi relayée par plusieurs autres pages et personnes sur le réseau social.

●L'homme qui a dirigé le commando de 08 soldats pour assassiner le Capitaine Thomas Sankara et ses 12 compagnons SE SERAIT SUICIDÉ EN PRISON AU Burkina-Faso. IL S'AGIT DE GILBERT DIENDERÉ.

Posted by Demeleaks on Thursday, July 28, 2022

Dienderé se porte bien et purge sa peine en prison

Edouard Sambo est journaliste Burkinabé. Il a déclaré à Congo Check que cette fausse information circule depuis la demande de pardon de l’ancien président Blaise Compaoré au peuple Burkinabé et à la famille de Thomas Sankara, après 27 ans de pouvoir.

« Après une discussion avec son avocat Me Yelkouni qui a échangé avec lui, je peux vous affirmer que le général Dienderé se porte bien et purge sa peine en prison », affirme Sambo.

Une confusion née du suicide de l’ancien directeur de la Police Nationale

Pour Atiana Serge Oulon, également Journaliste Burkinabé, cette fake news est née de la confusion créée avec le suicide de l’ancien DG de la Police Nationale Burkinabé.

« Le général Dienderé avait obtenu une permission de cinq jours, mais se trouve actuellement dans sa cellule », nous a-t-il déclaré.

Pour rappel, Gilbert Diendéré, ancien bras droit de Blaise Compaoré, est considéré comme « le bras armé des insurgés du 4 août 1983 », jour où Thomas Sankara prend le pouvoir avec l’aide de son ami Compaoré. Il est « le cinquième homme » de la révolution avec Sankara, Lingani, Zongo et Compaoré.  

Après avoir pris la tête du coup de force effectué en Septembre 2015 par des éléments de l’ancien Régiment de sécurité présidentielle (RSP) contre le régime de transition dirigé alors par Michel Kafando et le lieutenant-colonel Isaac Zida, Gilbert Diendéré avait dirigé l’éphémère Conseil national de la Démocratie (CND). Il a été condamné à vingt ans de réclusion après le putsch manqué de 2015.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here