Aucun pont n’a été érigé par les militaires rwandais à la frontière avec la RDC

0
116

Une photo montrant un pont entre le Rwanda et la RDC, a plusieurs fois été relayée par les internautes sur les réseaux sociaux. La photo est devenue virale depuis le 29 mai sur Facebook, Twitter et WhatsApp. D’après la légende qui accompagne cette photo, il s’agit d’un pont illégalement érigé par le Rwanda. Les recherches menées grâce aux sources contactées par Congo Check n’ont pas confirmé cette version de faits.

« Un pont érigé illégalement entre la RDC et le Rwanda, ensemble dénonçons SVP. Certaines sources confirment que les militaires rwandais traversent chaque nuit via ce pont sur la rivière Ruzizi dans Ngomo au Sud Kivu. Il n’y a aucune station de police, aucune structure d’un poste frontalier. Dans un pays sérieux les autorités qui ont la charge de la gestion de notre province devraient enlever ce pont le plus vite que possible », peut-on lire sur le compte Facebook »James Mukeshaba’’, la publication a généré plus de 1120 réactions.

Certains internautes ont cru à cette information, ils se sont même pris aux autorités Congolaises. C’est le cas de Pierre Mulopwe. «Ce pont n’a tout de même pas été érigé en une seule nuit par le génie civil de l’État rwandais. Où se trouvaient les gardes frontaliers de la RDC qui sont censés se déplacer en permanence pour surveiller les limites du territoire national et s’en apercevoir à temps avant le finissage des travaux de cet ouvrage illicite ?» s’est-il interrogé. Par contre Alain Namukubyo ne s’est pas laissé tromper. « Ceci n’est pas un pont illégal mais il sert de projet pour la Communauté Économique de Pays des Grands-Lacs, (CEPGL) pour la construction de la future centrale Ruzizi 3 », dit-il. « Il y a une route qui vient du Rwanda jusqu’à ce pont, mais au côté Congolais il n’y a rien comme, route, poste de la police ni habitants. Imaginez la suite » s’étonne pour sa part l’internaute Idriss Myango.

Pour vérifier cette information, Congo check a contacté le gouvernement provincial du Sud-Kivu et le chef du groupement dans lequel se situe le pont du côté Congolais. Toutes ces sources n’ont pas affirmé l’hypothèse selon laquelle le pont avait été élégamment construit.

Un pont construit entre 2015 et 2016 pour faciliter l’acheminement des matériaux de construction dans le cadre du projet de construction de la centrale hydroélectrique Ruzizi III.

« Ce pont a été construit en toute légalité en concertation entre la RDC et le Rwanda. C’était dans le but de faciliter le transport des matériels destinés à la construction de la centrale hydroélectrique Ruzizi III. C’est pour les projets intégrateurs de trois pays voisins dont la RDC, le Rwanda et le Burundi », précise Marc Malago, vice-gouverneur de la province du Sud-Kivu.

Migabo Matabaro est un cadre de base de la localité de Kamanyola, une localité de la province du Sud-Kivu sur la frontière entre la RDC, le Rwanda et le Burundi où se situe le pont, côté congolais. Pour lui, ce pont avait été construit pendant le jour et même des jeunes de son village avaient participé à sa construction.

Pourquoi cette nouvelle est nocive ?

Cette information est nocive car elle peut attiser la tension entre les deux pays, les relations étant devenues fragiles ces dernères semaines. Depuis la résurgence du mouvement rebelle du M23 dans le territoire de Rutshuru, le conflit entre les deux pays voisins s’est amplifié.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here