Attention, le chef rebelle Guidon ne s’est pas rendu aux FARDC et n’a pas été arrêté

0
193

Mardi 31 Août, une information selon laquelle Guidon Shimiray Mwisa, chef du mouvement rebelle Nduma defense Of Congo NDC-Rénové s’est rendu aux FARDC à Walikale a été publiée sur les réseaux sociaux. La page Facebook « Parole aux auditeurs » affirme que le chef rebelle s’est rendu avec une dizaine de ses hommes. Méfiez-vous, Guidon Shimiray ne s’est pas encore rendu.  « Guidon Shimiray Mwisa, le chef du mouvement rebelle Nduma defense Of Congo NDC-Rénové s’est livré aux FARDC annonce ce mardi le vice-gouverneur de la province du Nord-Kivu. Le rebelle s’est rendu à WALIKALE, près de PINGA avec une dizaine de ses éléments Rééditions », publie la page Parole aux auditeurs. 

Guidon Shimiray Mwisa, le chef du mouvement rebelle Nduma defense Of Congo NDC-Rénové s’est livré aux FARDC annonce ce…

Publiée par Parole aux Auditeurs sur Mardi 31 août 2021

La nouvelle a été partagée par plusieurs autres comptes et pages Facebook.

« État de siège Un général autoproclamé aux arrêts au Nord-Kivu. Un général autoproclamé dans la province du Nord-Kivu est arrêté par les forces armées de la République démocratique du Congo. Le Général autoproclamé Guidon Shimiray Mwisa Chef du mouvement rebelle Nduma defense Of Congo (NDC-R) est entre les mains des forces armées de la République démocratique du Congo depuis quelques jours. A annoncé ce mardi le Vice-Gouverneur de la province, Commissaire divisionnaire Romy Ekuka Lipopo », lit-on sur la page Facebook CONGO NEWS+.

Réactions des internautes

Un tour rapide dans quelques-uns de 40 commentaires a permis de constater que la grande partie des internautes a gobé cette infox même si la minorité a remarqué une fausse information.

« Que fait le gouvernement lorsque ces rebelles, reconnus officiellement comme tels, ayant tué, décapité ou massacré des populations entières sans état d’âme, ni compassion pour leurs propres frères, entrent calmement au bercail. La mémoire collective ne peut effacer ces atrocités et même lorsque le pardon est accordé, le souvenir d’un proche perdu perdure. Faut-il les traduire en justice des crimes commis ou faudra-t-il oublier et tourner la page dans un Etat de droit. Ne dit-on pas que la justice élève une Nation », commente Maurice Lufinama.

L’internaute David Cira, lui, veut montrer que la reddition de Guidon n’est pas liée à l’État de siège.
« L’excellence que tu cites n’a pas amené Guidon, il sait lui-même pourquoi il s’est livré, Guidon n’est pas n’importe qui. C’est un commerçant, un manager », dit-il.
Mais les doutes ont plané dans le chef des internautes
« Cet homme commande plus de 1000 têtes armées et se rend avec combien ? Théâtre de chez nous » ? S’interroge Théogène Hakuzimana Bizimana. Même point de vue que David Cira
« Pourquoi il a laissé ses hommes, c’est une mascarade, il s’est livré pour jouer ce que nous vivons dans des films américains, être dedans et collaborer avec l’extérieur », note l’internaute.

La société civile de Walikale dément

Joint au téléphone par Congo Check, le secrétaire rapporteur des forces vives de Walikale Kisangula Lucien indique qu’il a aussi appris cela sur les réseaux sociaux. Masudi nie tout de même le fait que le chef rebelle s’est déjà rendu aux FARDC.

« Nous avons appris aussi par les réseaux sociaux cette reddition, mais nous n’avons pas vu ou participé à aucune cérémonie allant dans ce sens. Certains de mes collègues qui sont sur le lieu ont confirmé qu’ils ont vu les éléments de Guidon, il les a accompagnés mais il a regagné la brousse. En tout cas nous attendons aussi voir ce qui va se passer mais guidon ne s’est pas encore rendu », confie Kisangula Lucien à Congo check.

L’AT Walikale est dans l’attente de la reddition de Guidon

Congo check a contacté l’administrateur du territoire de Walikale, pour Kelekelo Bolokwa, Guidon et certains de ses éléments sont en route pour leur reddition.

« En ce moment je ne suis pas avec Guidon. C’est ici où la cérémonie de reddition se tiendra une fois que le concerné sera là. Il devrait venir aujourd’hui mais il se pose un petit problème qu’il faut régler avec le gouvernement. Guidon nous a donné son cahier de charge mais il y a des petits problèmes qu’on doit régler avec le gouvernement. On a d’abord pris certains de ses éléments en accord avec lui-même pour sa reddition », explique l’administrateur du territoire de Walikale.

Il est tôt pour parler de la reddition de Guidon

Approché par Congo check, le vice-gouverneur de la province du Nord-Kivu, Romy Ekuka Lipopo, préfère le terme processus en cours que celui de la reddition dans le cas du chef rebelle Guidon Shimirayi.

« Nous sommes en pourparlers, je ne peux pas dévoiler le niveau que nous avons atteint dans ces pourparlers mais c’est probable. Lui-même avait dit qu’il voulait se rendre. Nous sommes en train de faire les derniers réglages mais c’est dans le bon. Nous vous informerons au moment opportun. Je vous dis que les processus continuent, ça veut dire que nous pouvons vous le montrer, ce qui n’est pas le cas », explique le vice-gouverneur.

Le point de départ de l’infox

Le Vice-Gouverneur de la province du Nord-Kivu, le Commissaire divisionnaire Romy Ekuka Lipopo dans une interview à la presse de Goma mardi 31 août au sortir d’une séance de restitution organisée par le Conseil provincial de la jeunesse du Nord-Kivu à Goma. Il a vanté l’état de siège décrété en province tout en demandant aux jeunes de le soutenir pour sa réussite.

« Ce n’est pas un secret mais il est dans nos mains. Il s’est rendu. C’est depuis longtemps qu’il devrait se rendre mais il y avait quelques petits éléments qu’il fallait mettre en place. Dans le cadre d’État de siège nous récupérons certains de nos petits frères qui ont versé le sang mais qui quelque part ont suivi l’appel du chef de l’État. Nous les appelons des rendus et nous les mettons dans les coins où nous les gardons jusqu’à ce que le processus de DDRCS puisse entrer en action. Pour qu’au finish l’état final recherché par le chef de l’état soit la fin de tout problème de sécurité ainsi que les multitudes de groupes armés tel que nous le connaissons pour le moment », avait-il dit.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here