Cette photo montrant deux militaires rwandais capturés par les FARDC date de 2018

0
359

C’est une ancienne photo où on peut voir le colonel Ndjike Kaiko Guillaume, porte-parole des opérations Sukola 2 au Nord-Kivu présentant deux militaires rwandais qui a été éxhumée par les internautes afin d’alimenter la toile à propos de la crise sécuritaire en territoire de Rutshuru. Depuis ce jeudi 30 Juin 2022, les internautes utilisent cette image pour affirmer la nouvelle capture de militaires rwandais par les Forces Armées de la Rdc (FARDC), engagés dans les combats contre les rebelles du Mouvement du 23 mars.

Sur la page Liberté News, on peut lire, « les preuves s’accumulent. Deux autres soldats RDF [Rwanda Defense Forces : Ndlr], capturés au front à Rusthuru, présentés par le porte-parole des FARDC ». Ces publications ont récolté plusieurs milliers d’impressions sur les réseaux sociaux Twitter, Facebook, WhatsApp…

RDC 🇨🇩🔴: Les preuves s'accumulent. Deux autres soldats Rwandais #RDF, capturés aujourd'hui au front à #Rutshuru, présentés par le porte-parole de l'armée FARDC.

Posted by Liberté News on Thursday, June 30, 2022

Cette publication a généré rapidement plus de 150 partages, 327 commentaires et 847 mentions j’aime en seulement 12 heures.

D’autres internautes ont relayé cette ancienne photo. C’est le cas de Dieudo Muhendwa Munganga sur compte Facebook.

⚠️🆕🇨🇩#Arrêt_Sur_Image#Rutshuru: Pendant les affrontements entre les #FARDC et #M23_Alliés aujourd'hui jeudi, 30 juin…

Posted by Dieudo Buhendwa Munganga on Thursday, June 30, 2022

Une photo qui date de 2018 et sans lien avec l’escalade actuelle

Dans sa démarche visant à rétablir les faits Congo Check a recouru aux logiciels de recherche d’images inversées en téléchargeant la photo dans le logiciel TinEyes, Google Image Renverse pour constater qu’elle a déjà été utilisée dans le passé. Les résultats de ces recherches démontrent que les deux militaires habillés en uniformes de la RDF sont des sujets rwandais membres des Forces de Défense du Rwanda. Ils étaient capturés le 15 Avril 2018 dans le territoire de Nyiragongo (Nord-Kivu) par les FARDC, qui les avaient ensuite remis au mécanisme conjoint de vérification, une entité de la Conférence Internationale de la Région de Grands-Lacs, qui enquête sur les incidents transfrontaliers.

Congo Check a également contacté le porte-parole militaire des opérations Sukola 2 au Nord-Kivu. Le colonel Ndjike Kaiko Guillaume visible sur la photo en uniforme de l’armée Congolaise précise qu’il s’agit « d’une ancienne photo ».

Grâce à la recherche inversée sur Google, Congo check a retrouvé d’autres photos prises lors de la cérémonie de remise de ces deux officiers auprès de la CIRGL (photos). D’autres internautes ont également debunké l’image. Le journaliste Martial Papy Mukeba, travaillant pour la Radio Okapi (radio de la mission onusienne en RDC) a par exemple écrit sur son compte Twitter pour avertir les utilisateurs des réseaux sociaux qu’il s’agit d’anciennes photos. Quelques journalistes de l’antenne locale de Radio Okapi à Beni où est détaché ce journaliste, avait bénéficié d’une formation en Fact-checking (vérification des faits), organisée par Congo Check en partenariat avec la MONUSCO et l’Union Nationale de la Presse du Congo en décembre 2020.

Cette désinformation est parti d’un tweet publié dimanche par la journaliste Gisèle Kaj Adjeta sur son compte Twitter dont le lien a été conservé par les équipes de monitoring de réseaux sociaux de Congo Check. L’auteure a ensuite supprimé le post sans avertir ses followers de l’erreure factuelle et de contexte que contenait le contenu (capture 1&2).

Pour l’instant, aucune preuve n’atteste la capture fin juin 2022 de militaires rwandais par les FARDC dans l’offensive actuelle contre les rebelles du M23. Les derniers qui étaient capturés et remis aux autorités rwandaises l’avaient été le 28 mai 2022 vers Rumangabo dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu. Dans cette situation, des images trafiquées qui circulent sur la toile peuvent alimenter la phobie dans le chef de la population. Voilà pourquoi, il est important de les signaler et mettre leur contexte original à la disposition du public.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here