Cette liste de pays à visiter sans visa grâce à un passeport congolais contient des fausses assertions

0
147

Depuis quelques heures, il circule sur les réseaux sociaux en République Démocratique du Congo, une liste d’une dizaine de pays à visiter sans visa pour les détenteurs de passeports congolais. Congo Check alerte sur les fausses assertions qui se retrouvent sur cette liste et qui peuvent causer des préjudices aux voyageurs.

« Si vous êtes détenteur du passeport congolais, vous pouvez voyager sans visa vers ces pays » écrivent les internautes, qui listent plusieurs dizaines de pays dont l’essentiel exigent aux détenteurs de passeports congolais.

Plusieurs pays octroient des visas à l’entrée

En parcourant la liste distribuée par ces internautes, il est clair que tous ces pays exigent des visas aux détenteurs de passeports congolais. Il y a seulement un avantage que ces visas peuvent être sollicités par les voyageurs, à l’arrivée. Cette assertion ne signifie pas que l’entrée dans ces pays est sans visa ou gratuit pour les voyageurs détenteurs du passeport congolais.

« Bangladesh : à l’arrivée-30 jours; Bolivie : à l’arrivée-visa 90 jours; Burkina Faso : à l’arrivée-30 jours; Cambodge : à l’arrivée-visa 30 jours; Comores : à l’arrivée-45 jours… » écrivent ces publications.

Le Burkina Faso (sur cette liste) exige aux congolais un visa à solliciter auprès de ses ambassades sauf exception

Pour voyager au Burkina Faso, il est demandé aux détenteurs de passeports congolais de se munir d’un visa dument obtenu à l’ambassade du pays des hommes intègres basé à Libre-ville. Fiston Mahamba, éditeur à Congo Check a séjourné au Burkina Faso et explique comment le visa de ce pays peut-être obtenu dans les rares de cas à l’arrivée. « Normalement, les détenteurs d’un passeport congolais doivent solliciter et obtenir un visa à la représentation diplomatique du Burkina Faso à Libreville avant de se rendre dans ce pays. Pour des motifs impérieux, il est possible de solliciter un avis d’obtention de visa à l’arrivée de la part de la direction de l’immigration du Burkina Faso » explique-t-il.

« Pour mon cas, c’est l’université dans laquelle j’étudiais, qui avait adressé une lettre à la direction de l’immigration afin d’expliquer que le délai était court et que l’ambassade de Libreville était éloignée de ma résidence au Congo. Comme j’avais de cours à suivre avant la soutenance de mon mémoire de Master 2, la direction de l’immigration avait répondu favorablement à la demande. »

Il est important d’avertir les voyageurs sur les fausses assertions incluses dans ces publications en vue de leur éviter des préjudices lors de leurs voyages vers ces pays. Un voyage sans visa est source de plusieurs soucis dans les aéroports de départ, qui vérifient si les voyageurs remplissent les critères avant l’embarquement. Si le voyageur arrive à passer cette étape, il peut risquer un emprisonnement et toutes les conséquences y relatives dans le pays de destination s’il n’a pas adhéré aux mesures migratoires en vigueur dans ce pays.

Previous articleLe tweet annonçant que les vacances de Tshisekedi à Marbella ont couté 4 millions d’euros est un montage
Next articleÉlections 2023 : méfiez-vous de ce sondage faussement attribué au journal Afrique de TV5 Monde
K. MAHAMBA WA BIONDI, connu sous le nom de plume "Fiston Mahamba Larousse" est diplômé en sciences de l'environnement et développement durable à l'Institut Supérieur de Développement Rural à Beni. Journaliste basé dans la partie Orientale de la République Démocratique depuis 2012, il s'est forgé dans l'exercice de ce métier après plusieurs formations de journalisme au Deutsche Welle Akademie, le centre de développement médias de la radiodiffusion publique Allemande. En 2018, il s'inscrit à l'École Supérieure de Journalisme de Lille pour parfaire une licence en journalisme multimédia. Ancien officier de communication au sein des Nations Unies, il poursuit un Master2 en Techniques des Métiers de l'Information à l'Université Nazi Boni (Burkina Faso) /Université Lumière Lyon (France). Son livre "Ebola: Fixers, ces boucliers non immunisés" est en cours d'édition. Journaliste et chercheur spécialisé sur la région orientale de la République Démocratique du Congo et les Grands-Lacs africains, ses études se focalisent sur les ressources naturelles, la santé, les conflits... Ses domaines de travail journalistique sont orientés vers l'environnement, le développement, l'emploi, les nouvelles technologies, l'agriculture, la politique, la culture,... qu'il couvre en écriture et images.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here